L’Intolérance religieuse et la montée de la violence dans la société contemporaine: Le cas de Boko-Haram du Nigeria

Les siècles précédents à notre ère ont connu des tumultes religieux en Europe et plus précisément en France où la monarchie absolue  de droit divin  a adopté le catholicisme comme religion de l’Etat, créant ainsi une intolérance totale qui serait à l’origine des violences religieuses au dix-septième et au dix-huitième siècle. La prolifération des sectes religieuses à travers le globe propage des dogmes qui donnent naissance à l’intolérance et à la violence comme seuls moyens de conversion et de communication. Le Nigeria depuis une dizaine d’année, souffre des attaques incessantes de la secte Boko-Haram qui veut se proclamer comme une religion d’Etat. Le phénomène de l’intolérance religieuse s’est progressivement métamorphosé en une violence qui est aujourd’hui le terrorisme religieux qui a soumis presque tous les pays du monde à un état d’alerte et d’insécurité. Cet exposé prévoit des mesures pour enrayer les dogmes voire une tolérance et le respect total des opinions des autres sectes. Les dispositifs politiques des pays touchés par les violences religieuses doivent s’éloigner de la religion comme instrument de campagne politique et plutôt exiger la laïcité de l’Etat. Cette neutralité ne suggère pas une indifférence totale des concepts religieux mais une égalité de chaque individu devant la loi. Les Etats doivent s’incliner vers les jeunes qui sont les agents des violences pour un programme d’orientation de paix et d’entreprise.

Article Year
Volume Number